Entrée adhérent     
 
Nouveautés

 

Nouvelles offres d'emploi

 

Réforme des retraites

 

Partir en retraite en 2015

 

Concertation dans les armées

Rapport Pêcheur

 

Dans le menu « tout public »
La rubrique « Témoignage »
Recueille votre expérience.

 

retour

Dernier Officier Marinier
Editorial

 

Pour vivre « libres »

 

Nous rendons hommage à la mémoire des dix-sept victimes des actes de terrorisme qui viennent de plonger la France dans la consternation et avons une pensée émue pour leurs familles.

Après l’émotion, la compassion et le mouvement républicain du 11 janvier, le temps est maintenant à l’action.

Depuis trop longtemps, les droits-de-l’hommistes, les bien-pensants de tous bords, les groupes de pression et de pensée, le clientélisme politique ont pris le pas sur le réalisme justement apprécié par la majorité des citoyens auxquels on a opposé le « politiquement correct » source de laxisme et d’angélisme.

Certes, la défaillance de l’éducation, civique, familiale et scolaire, la crise économique et le chômage sont les ferments d’évolutions des personnalités pouvant conduire à la délinquance et au-delà à des comportements extrêmes qu’il faut combattre.

Résultat, nous sommes en guerre. A l’intérieur et à l’extérieur.

A l’intérieur l’état doit être implacable.

A l’extérieur la France engage déjà des moyens militaires importants. Plus particulièrement, la Marine, avec son porte-avions et son groupe aéronaval, apporte une imposante réponse à la menace.

Le déploiement extraordinaire de dix mille militaires sur le territoire national et la conduite des opérations extérieures exigent que les besoins des armées ne peuvent souffrir de réductions inconsidérées des effectifs et que les budgets dits sanctuarisés soient garantis.

La liberté est à ce prix.


Gilles LEHEILLEIX

 

 

retour

Victimes des essais nucléaires

 

Indemnisation des victimes

 

des essais nucléaires :

 

évaluation des dossiers rejetés

 

Plusieurs dizaines de milliers d’officiers mariniers ont participé aux essais nucléaires français notamment en zone Polynésie, sur sites, embarqués ou en services aériens. Certains d’entre eux, ont déposé près du CIVEN un dossier de demande d’indemnisation à titre individuel, via une association ou en faisant appel à un avocat.

Au dernier bilan du 01.10.2013, seules 12 indemnisations ont été prononcées, (voir article « L’Officier Marinier » N°350 page 2). Près de 98 % des dossiers déposés, réputés « recevables » puisque répondant aux exigences légales de lieu, date ou maladie, ont fait l’objet d’une décision de rejet.

La FNOM a décidé de procéder à une évaluation large de ces rejets. A cette fin nous demandons à tous les officiers mariniers concernés par une décision de rejet de bien vouloir nous en transmettre une copie. Celle-ci sera accompagnée d’une description succincte de leur participation aux essais nucléaires, à savoir : spécialité, affectation(s), dates, lieu(x), et complétée par une brève description des conditions de travail et d’exposition aux risques liées aux essais, et, précisant la maladie au titre de laquelle la demande d’indemnisation est déposée.

Les données recueillies demeureront confidentielles et ne seront qu’à usage statistique. Cette évaluation s’adresse à tous les officiers mariniers, adhérents ou non à la FNOM.

 

Les réponses sont à adresser au siège de la FNOM,

- par courrier à :

Fédération nationale des officiers mariniers,
45 boulevard Vincent Auriol
75013 PARIS

 

- par mail à :

fnom@fnom.com

 

Gilles LEHEILLEIX

 

Fiche d’évaluation

à renseigner

 

retour