Entrée adhérent     
 
Congrès Fréjus

 

Fréjus

 

retour

Convention

 

convention

17 avril 2014

Signature de la convention entre la Marine représentée par son chef d'Etat-major l’amiral Bernard ROGEL (CEMM), et le président de la fédération Gilles LEHEILLEIX

 

retour

Dernier Officier Marinier
Victimes des essais nucléaires

 

Indemnisation des victimes

 

des essais nucléaires :

 

évaluation des dossiers rejetés

 

Plusieurs dizaines de milliers d’officiers mariniers ont participé aux essais nucléaires français notamment en zone Polynésie, sur sites, embarqués ou en services aériens. Certains d’entre eux, ont déposé près du CIVEN un dossier de demande d’indemnisation à titre individuel, via une association ou en faisant appel à un avocat.

Au dernier bilan du 01.10.2013, seules 12 indemnisations ont été prononcées, (voir article « L’Officier Marinier » N°350 page 2). Près de 98 % des dossiers déposés, réputés « recevables » puisque répondant aux exigences légales de lieu, date ou maladie, ont fait l’objet d’une décision de rejet.

La FNOM a décidé de procéder à une évaluation large de ces rejets. A cette fin nous demandons à tous les officiers mariniers concernés par une décision de rejet de bien vouloir nous en transmettre une copie. Celle-ci sera accompagnée d’une description succincte de leur participation aux essais nucléaires, à savoir : spécialité, affectation(s), dates, lieu(x), et complétée par une brève description des conditions de travail et d’exposition aux risques liées aux essais, et, précisant la maladie au titre de laquelle la demande d’indemnisation est déposée.

Les données recueillies demeureront confidentielles et ne seront qu’à usage statistique. Cette évaluation s’adresse à tous les officiers mariniers, adhérents ou non à la FNOM.

 

Les réponses sont à adresser au siège de la FNOM,

- par courrier à :

Fédération nationale des officiers mariniers,
45 boulevard Vincent Auriol
75013 PARIS

 

- par mail à :

fnom@fnom.com

 

Gilles LEHEILLEIX

 

Fiche d’évaluation

à renseigner

 

retour

Editorial

 

Une rentrée morose.

 

Les sujets engendrant inquiétudes et morosité ne manquent pas en cette rentrée.

Ceux relevant de la communauté internationale ne se situent pas tous sur le même plan mais constituent des situations à hauts risques pour la sécurité, la liberté et la santé que nous n’avons pas connues depuis très longtemps. Conflit en Ukraine, conflits terrorisme et barbarie au Moyen-Orient, virus Ebola en Afrique, inquiètent par leur ampleur et leur simultanéité.

Ceux propres à notre pays. Le drame du chômage pour des millions de familles avec toutes ses conséquences humaines et sociétales et qui induit le doute des nouvelles générations quant à leur avenir. Une dette qui fait peur et une économie qui ne décolle pas dans un pays d’une grande richesse, qui laisse sur le bord de la route de plus en plus de démunis et fait fuir vers des cieux plus accueillants d’innombrables talents. Une majorité des forces actives qui ont le sentiment que leurs efforts et contributions sont sans effets. Parmi les générations de retraités, réputés nantis, les plus modestes auxquels on annonce une revalorisation de leurs pensions qui, en réalité sera de l’ordre de quelques euros, et pour d’autres ayant élevés trois enfants et plus, subissent les effets de la fiscalisation des majorations. Le gel et la désindexation des pensions déjà en vigueur ne suffiront pas à « garantir l’avenir et la justice du système de retraites » comme l’annonçait l’objet même de la loi sur la réforme des retraites de 2013. Les hypothèses de croissance et de réduction de chmage n’étant pas au rendez-vous et une réforme incomplète annoncent de douloureuses décisions à venir pour sauver les régimes de retraites.

Dans ce décor partiel, morose et inquiétant, sursaut et espoir sont nécessaires, même si nos élites de tous bords ne sont plus audibles tant la parole servie se décrédibilise à force de ne délivrer que des éléments de langage en contradiction avec les actes et inadaptés aux attentes et qui ne font que renforcer le sentiment d’être abusés et incompris.

Une éclaircie dans cette morosité ambiante : la revue navale du 15 août. Félicitations à la Marine et aux équipages, qui, en pleine période de vacances estivales, ont présenté aux spectateurs massés le long des côtes du Var et au monde entier via les médias, cet impeccable et grandiose défilé naval et aérien organisé à l’occasion de la commémoration du 70ème anniversaire du débarquement de Provence.
Bravo les gars ! Bravo les filles !

 

Gilles LEHEILLEIX

 

retour